Cercueils en carton : atouts et limites

Sommaire

Étrange mais vrai, les cercueils en carton constituent aujourd'hui une nouvelle alternative aux cercueils traditionnels.

Adoptés depuis près de 30 ans dans les pays du Nord de l’Europe, leur cote de popularité est à la hausse en France. Ainsi, plus de 1 500 cercueils en carton ont été vendus en 2013, contre seulement 600 en 2009.

Cette astuce fait le point sur les avantages et inconvénients de ce type de cercueil.

Cercueil en carton : de nombreux avantages

Une fabrication respectueuse de l'environnement

La fabrication des cercueils en carton est beaucoup plus simple que celle des cercueils en bois. Elle est aussi plus écologique :

  • Les différents éléments du cercueil sont assemblés par pliage et collage.
  • Ces éléments sont fabriqués en carton recyclé.
  • Pour l'assemblage, les colles utilisées sont fabriquées à partir amidon de maïs et de pomme de terre et totalement biodégradables.

Bon à savoir : il est tout à fait possible de monter soi-même un cercueil en carton. Ceux-ci peuvent en effet être livrés en pièces détachées, avec une notice. Aucun outillage supplémentaire n'est nécessaire.

Un cercueil unique

Les cercueils en carton possèdent l’avantage d’être personnalisables. Il est en effet possible :

  • de choisir des motifs, dessins, peintures ou inscriptions pour orner l'extérieur du cercueil ;
  • d'améliorer l’intérieur en y ajoutant des coussins ou des tissus molletonnés.

Cercueil en carton : léger et solide

Un cercueil en carton pèse trois fois moins lourd qu’un cercueil en bois :

  • Son poids est de 10 kilos environ, contre les 50 kilos traditionnels.
  • Pourtant, selon les modèles, un cercueil en carton peut résister à des charges allant de 130 à 200 kilos.

Une construction régie par des normes spécifiques

La fabrication des cercueils en carton est encadrée par une législation spécifique.

Le décret n° 2018-966 du 8 novembre 2018 a modifié la réglementation relative aux caractéristiques des cercueils, et un arrêté du 20 décembre 2018 a défini ces caractéristiques. Aujourd'hui, l’article R. 2213-25 du Code général des collectivités territoriales impose des caractéristiques « de résistance, d’étanchéité, de biodégradabilité du cercueil lorsqu'il est destiné à l’inhumation ».

Dès lors que ces caractéristiques sont respectées, il est mis fin à l’obligation de n’utiliser que des cercueils en bois ou fabriqués avec des matériaux agréés autres que du bois. La référence à l’épaisseur du cercueil a disparu.

Bon à savoir : les cercueils hermétiques sont soumis aux exigences de l’article R. 2213-27 du Code général des collectivités territoriales.

Des prix compétitifs

Ces nouveaux cercueils coûtent environ 5 fois moins cher que les cercueils classiques :

  • Les premiers prix débutent à 100 €.
  • Le prix moyen est de 300 €.
  • Un cercueil en carton personnalisé et de qualité peut coûter jusqu’à 600 €.
  • Les cercueils en bois massifs, eux, sont vendus à des tarifs compris entre 800 et 3 000 € !

Cercueil en carton : une solution écologique

Des matériaux plus écologiques

Pour fabriquer un cercueil en carton, on utilise du carton recyclé biodégradable et des colles non polluantes. Cela permet de respecter l'environnement, quel que soit le mode de sépulture choisi :

  • En cas d’inhumation :
    • La biodégradation du cercueil se réalise en une année seulement, alors que celle d'un cercueil en bois peut durer jusqu'à 10 ou 15 ans.
    • La quantité de bois utilisée pour fabriquer un cercueil en carton est divisée par 8 par rapport à un cercueil traditionnel.

Bon à savoir : une plaque doit être apposée sur le couvercle du cercueil afin de mentionner les noms et prénoms du défunt, son année de naissance et son année de décès (décret n° 2022-1127 du 5 août 2022 portant diverses mesures à la réglementation funéraire). 

  • En cas de crémation, un cercueil en carton contient moins de substances toxiques à la combustion qu'un cercueil traditionnel :
    • pas de fluor ;
    • faible taux d’oxyde d’azote ;
    • aucune émanation de métaux lourds.

Bon à savoir : lorsque le corps a été placé dans un cercueil inadapté pour la crémation afin d'être transporté, le maire peut permettre la réouverture de ce cercueil afin de transférer le corps dans un cercueil composé de matériaux permettant la crémation (décret n° 2022-1127 du 5 août 2022).

En somme, la banalisation des cercueils en carton permettrait d'économiser :

  • 31 500 km² de forêts ;
  • 12 000 000 d'arbres sains ;
  • 6 700 000 mètres cubes d’eau ;
  • 315 360 000 litres de fuel.

Cercueils en carton : limites

Malgré l’agrément du ministère de l’Intérieur, les cercueils en carton sont interdits dans certains crématoriums :

  • Ces cercueils ne participant pas à leur propre combustion, il est nécessaire d’injecter du gaz pour que cette dernière soit complète. Elle est alors plus polluante. La consommation nécessaire à brûler un cercueil en carton est ainsi plus élevée que celle nécessaire à brûler un cercueil en bois (10 kW de plus).
  • Une fois incinérés, les cercueils en carton émettent autant de poussière qu’un cercueil en bois.

À noter : si les cercueils en carton sont conformes à la Norme AFNOR NFD80-001-1 et NFD80-001-3, les crématoriums sont tenus de les accepter.

Bon à savoir : en Scandinavie, des cercueils à base de papier mâché recyclé sont actuellement testés. Ils pourraient constituer une autre alternative écologique aux cercueils traditionnels en bois.

Choisir au mieux un cercueil :

Ces pros peuvent vous aider